récit autobiographique

Je te hais et je t’aime

Le livre « je te hais et je t’aime
Je te hais et je t'aimeUn récit autobiographique de Francis  avec qui j’ai eu le plaisir de collaborer pour éditer son livre.

EXTRAIT DU LIVRE

PRÉAMBULE

Il me faut parler, me vider de ce qui m’oppresse, me vide. Poser des mots sur ce malaise, comprendre ce qui m’afflige, et l’éloigner pour que je puisse vivre libre, sans douleur, sans souffrance, pour ma famille.

Sans crier gare, un burn-out m’a terrassé et depuis je remplis le vide qui a envahi mon coeur.

Ce livre est la trace de ce cheminement.

Merci à mes amours de m’avoir permis, grâce à leur soutien indéfectible, d’écrire ces lignes.

FACE À SOI MÊME

Sortir de la dépression… Aujourd’hui, des personnes guérissent-elles totalement de cette terrible maladie, ce fléau ?

Il paraît que le bur-nout et la dépression touchent un grand nombre de gens. Ce serait principalement dû à l’accélération de notre mode de vie où tout va toujours plus vite, et à la pression qu’exerce au quotidien, le stress lié à nos conditions de travail…Je vais m’aider de ce qui a été écrit à ce sujet pour mieux éclairer mon propos.

Le burn-out (ou épuisement professionnel) est nécessairement lié au travail. Dans la dépression, le travail n’est pas la cause première, mais peut être un facteur aggravant. De plus, en cas de burn-out, la personne atteinte est toujours en situation de stress chronique, tandis que c’est le cas 1 fois sur  2 pour la dépression.

Les vieux démons se réveillent

Aujourd’hui, j’ai 53 ans. Les déboires du début de ma vie m’ont rattrapé 30 ans après. Est-ce mon destin ? Dois-je faire ou ne pas faire ce qui est écrit ?

Mes vieux démons étaient bien cachés en moi. Ils n’attendaient plus que le détonateur pour allumer la mèche.

Retour sur ma descente aux enfers.

Le 22 octobre 2015 à 16 h, en voiture, rentrant du travail, à quelques kilomètres de mon domicile, après une réunion avec mon supérieur hiérarchique, la pensée de jeter mon véhicule contre un arbre me traversa. Sans doute un trop plein de stress m’avait envahi au point de vouloir en finir avec la vie…

Après cela, j’ai paniqué car ce genre de comportement ne me ressemblait pas du tout et pour moi se suicider était une lâcheté. Mais voilà c’est arrivé, alors que jusque là, le stress faisait partie de mon quotidien professionnel, mais le bon stress, celui qui dynamise.

Aujourd’hui ces nouvelles angoisses appartiennent au jeune homme que je fus mais que je n’étais plus… Sans doute la surcharge de travail d’autant que je n’étais plus du tout en phase avec mon supérieur hiérarchique. Je ne pouvais pas m’expliquer avec lui, mais simplement le subir… Sans que je comprenne pourquoi si ce n’est son regard qui me rappelait un regard de haine, le regard d’une personne qui voulait mettre fin à mes jours, un regard qui me faisait comprendre qu’il n’y avait pas de retour possible. Voilà comment je me suis retrouvé de l’autre côté de la barrière, le plus simplement du monde.

C’est à ce moment-là que la descente aux enfers a commencé. Je n’ai rien vu venir, c’est une autre personne qui avait pris le contrôle de mon moi, de ma vie. Forcément, il y avait contradiction.

Horrifié, j’en parlai le soir même à ma femme. Elle a tout de suite compris. Elle avait déjà remarqué que depuis quelque temps une nervosité anormale m’animait, m’avouant qu’elle était démunie, impuissante face à ce qui m’arrivait, ne sachant que faire. Me connaissant, elle savait que je pouvais être capable de tout. Je n’étais plus l’acteur de ma vie, une doublure m’avait pris ma vie.

Je ne me comprenais pas, j’étais épouvanté.

Ensuite, cela a rapidement dégénéré, je me suis retrouvé très vite hospitalisé, On me diagnostiqua une dépression professionnelle sévère, le fameux burn-out.

Depuis le début des années 1990, la fréquence des problèmes de santé psychologique au travail augmente de façon alarmante. Cela inclut l’épuisement professionnel, la dépression, le stress post-traumatique, les troubles anxieux, etc.

Le stress chronique sur la santé mentale des travailleurs se manifestent surtout dans les pays industrialisés. Ce phénomène résulterait en bonne partie des transformations rapides opérées dans le monde du travail : globalisation des marchés, compétitivité, développement des technologies de l’information, précarité d’emploi…

Du point de vue biologique, on ne sait pas ce qui mène à l’épuisement professionnel. Tous les travailleurs qui traversent une période d’épuisement sont en situation de stress chronique. Il s’agit donc d’un important facteur de vulnérabilité. La grande majorité a une charge de travail élevée, à laquelle s’ajoutent l’une ou l’autre des sources de tension suivantes.

  • Manque d’autonomie : ne participer à aucune ou à peu de décisions liées à sa tâche.
  • Déséquilibre entre les efforts fournis et la reconnaissance obtenue de la part de l’employeur ou du supérieur immédiat (salaire, estime, respect etc…).
  • Faible soutien social: de la part du supérieur ou des collègues.
  • Communication insuffisante : de la direction aux employés, concernant la vision et l’organisation de l’entreprise.

En plus de ces facteurs, des particularités individuelles entrent en jeu. Par exemple, on ne sait pas très bien pourquoi des personnes vivent plus de stress que d’autres. De plus, certaines attitudes, comme une trop grande importance accordée au travail ou trop de perfectionnisme, sont plus fréquentes chez les individus qui vivent l’épuisement professionnel.

Selon les recherches, il semble que la faible estime de soi soit un facteur déterminant. En outre, certains contextes de vie, comme de lourdes responsabilités familiales ou encore la solitude, peuvent mettre en péril la conciliation travail-vie personnelle.

Peu importe les sources de stress au travail, il se produit alors un déséquilibre entre la pression subie et les ressources (intérieures et extérieures, perçues ou réelles) dont dispose l’individu pour l’affronter.

Voilà quelques explications sommaires pour préciser ce que peut être un burn-out qui mène à une dépression.

Cette tragédie, évolue lentement, jour après jour, année après année s’étalant souvent sur une vie entière car en ce qui concerne cette maladie, il n’y a pas de répit. Vous ne le savez pas encore que, déjà, elle tisse lentement sa toile pour, des années plus tard, vous piéger de façon dévastatrice.

Aujourd’hui l’apaisement

Je veux paisiblement voir vieillir ma femme et être auprès d’elle, être ensemble, unis jusqu’à notre dernier souffle, c’est mon vœu le plus cher. Le meilleur est devant nous.

Dans tous les cas, je suis content de moi, j’ai réussi à écrire cette biographie, non pas que je m’en pensais incapable, non, mais je ne savais pas si je pourrais aller au bout de cette démarche… revivre des doutes, des angoisses, des blessures avec au bout des larmes.

Je l’ai fait pour enfin me retrouver, nous retrouver.

common rightCe(tte) œuvre est mise à disposition selon les termes de la Licence Creative Commons Attribution – Pas d’Utilisation Commerciale – Pas de Modification 2.0 France.

 

Cet article vous a interpellé. Laissez moi un commentaire